Rassemblement contre les violences faites aux femmes

Rassemblement contre les violences faites aux femmes

Stop aux violences contre les femmes

RASSEMBLEMENT, SAMEDI 6 OCTOBRE 2018 À 14H00
Palais de Justice
10, bd du Palais 75001 Paris

Comme vous le voyez, l’entendez, le lisez dans les journaux, sur les ondes, à la télévision, Muriel Robin, avec un collectif de 87 personnalités, appelle à un rassemblement samedi 6 octobre contre les violences conjugales à la suite de l’affaire emblématique de Jacqueline Sauvage.
Souvenez- vous, le 4 décembre 2015, à la suite du verdict qui lui avait infligé 10 ans de prison, nous dénoncions cette condamnation en ces termes
« L’AFD dénonce fermement la condamnation à dix ans de prison de Jacqueline Sauvage qui a mis fin à son calvaire et à celui de ses enfants en tuant son mari à l’issue de plus de 47 ans de sévices, tortures, coups, blessures, actes de barbarie et viols incestueux de ses trois filles. Les femmes ne seront-elles donc jamais considérées comme des victimes même lorsqu’elles subissent la domination et la tyrannie d’un bourreau domestique ? En ces temps de détresse démocratique, relire Antoinette Fouque « Le machisme fait le lit du fascisme » (1974)…« 
Nous nous étions alors mobilisées pour appeler à signer une pétition, initiée par 4 jeunes femmes dont Karine Plassard, pour réclamer sa grâce. Cette pétition avait rassemblé plus de 435 000 signatures. Nous avons manifesté à plusieurs reprises, notamment avec nos amies FEMEN et SOS les mamans pour exiger la libération de Jacqueline Sauvage et n’avons cessé, à travers les réseaux sociaux, de participer à cette campagne. Enfin, victoire le 28 décembre 2016 : François Hollande lui accordait une grâce présidentielle totale.

Nous nous devons d’être très nombreuses à ce rassemblement ce jour-là.

 Vous aussi signez la pétition « Sauvons celles qui sont encore vivantes » sur www.change.org/p/sauvons-celles-qui-sont-encore-vivantes

—————————————————————————————————————

L’Alliance des Femmes pour la Démocratie participera à la Manifestation contre les violences faites aux femmes,
samedi 25 novembre 2017 de 14h à 17h
.

Rendez-vous Place de la République à Paris à 14h,
nous irons jusqu’à la Place de l’Opéra.

Partout dans les maisons, dans toutes les villes, dans le monde entier, vive les luttes des femmes contre les violences ! Les femmes ne se tairont plus.
#25Novembre #Violencescontrelesfemmes

Aussi à Lyon, Lille, Marseille, Nantes, Strasbourg, Nice, Bordeaux, Toulouse…

Télécharger l’hymne du MLF

—————————————————————————————————————————
24 novembre 2016


Si les violences contre les femmes sont massives, mondiales et permanentes, elles ont ouvertement reçu cette année l’appui et l’aval de pouvoirs en place de plus en plus nombreux. Comment en effet comprendre autrement les propos sexistes et misogynes du nouveau président des États-Unis , le projet de loi turc de légaliser l’agression sexuelle contre les petites-filles, les condamnations judiciaires ridiculement faibles à l’encontre des violeurs dans de nombreux pays y compris de l’UE…

Les deux grandes conquêtes des femmes, avec le MLF, le droit à l’IVG, la criminalisation du viol sont menacées comme jamais.

Exprimons notre colère face à cette insoutenable régression !

Manifestons le 25 novembre 2016 à 18h30,
de la Place de la Bastille à la Place de la République
contre toutes les violences !

Manifestation unitaire contre les violences faites aux Femmes : page Facebook de l’événement

L’ONU a choisi le 25 novembre pour parler des violences faites aux femmes, car cette nuit-là en 1960, sur une route  de la République Dominicaine, trois sœurs sont assassinées à la machette puis replacées dans leur voiture qui a ensuite été poussée dans le vide.
Minerva, Patria et Maria Teresa Mirabal se faisaient appeler « Mariposas », papillons en espagnol. Derrière ce nom de code, il y a une lutte sans merci contre le dictateur Rafael Trujillo. Un homme qui impose par exemple à sa population de faire figurer sur chaque maison, une plaque où figure l’inscription « Trujillo est Dieu » ou, une variante, « Trujillo est le maître ici ».
Pour en savoir plus, cliquez ici

#25 novembre : mettre les mots justes sur les violences faites aux femmes
Le collectif de femmes journalistes « Prenons  la Une » publie une charte pour employer des mots justes pour parler des violences faites aux femmes dans les médias.
Pour en savoir plus , cliquez ici.